Fethi raconte sa Omra Al Qods – 2er Partie

Dans la série Témoignage de pèlerin, Fethi nous raconte son voyage. Voici le deuxième volet de sa Omra Combiné Al Qods/Médine/La Mecque effectuée en 2012 durant quatorze jours.

Logo de l'agence Safar Muslim

L’agence Safar Muslim. Agence de voyages cuturels et spirituels

L’arrivée au checkpoint
Dans l’après-midi du dimanche, nous avons pris la route vers le checkpoint israélien séparant la Jordanie des territoires occupés. Nous sommes arrivés au checkpoint vers 17h et en sommes sortis autour de 02h du matin soit 9 longues heures d’attente.

Comment cela se passe t-il dans les faits  ?

  • Le car est arrêté puis vidé de ces bagages
  • Chaque bagage est passé  au scanner
  • Après un délai d’attente, chacun d’entre nous fait l’objet d’une vérification sur un de ses bagages  et un chargé israélien vérifie la présence d’explosif.
  • Nous récupérons un formulaire d’une page à remplir avec des informations telles que nom, prénom, prénom du père, site déjà visité etc.

Toutes ces étapes sont relativement rapides, c’est après que cela se complique. En effet, le formulaire est en anglais et aucun des officiels Israéliens ne savait (ou voulaient) parler français. De plus, le  formulaire doit être minutieusement rempli, par exemple, LAST NAME signifiait le prénom du père comme dans la dénomination arabe et non le nom de famille comme cela est le cas dans la norme européenne.
Sans compter que chaque converti a fait l’objet d’un interrogatoire personnalisé.

Ces épreuves n’ont fait que renforcer la cohésion du groupe

Patienter, toujours patienter
Les autorités jouaient sur nos nerfs par la lenteur de la procédure, mais aussi par la division. Ils ont en effet laissé passer une personne du groupe tout en bloquant le reste. On sentait de leur part une tentative de déstabiliser le groupe et surtout de donner le signal à travers notre exemple qu’on ne vient pas en territoire occupé facilement. Par ailleurs, de nombreux non-musulmans sont passés rapidement, le deux poids deux mesures prenait tout son sens. Cela n’est bien sûr rien à ce qu’endurent les Palestiniens au quotidien.

Cela étant, ces épreuves n’ont fait que renforcer la cohésion du groupe. Nous avions même inventé un petit jeu qui égrenait les minutes plus rapidement dans nos esprits. Dans la grande salle d’attente où nous étions, un préposé que j’ai surnommé « Rambo » nous surveillait tout en marchant devant nous. Parfois, il disparaissait parmi les différentes sorties de la salle d’attente puis réapparaissait. Le jeu « Par quel porte de sortie va-t-il réapparaître ? » venait d’être inventé.

Finalement, après neuf heures d’attente nous quittions enfin le checkpoint. Alhamdullilah. Nous allions enfin voir Al Qods !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *