Paroles de pèlerins : la omra de Farah

Farah raconte sa Omra Al Qods

Au départ ou au retour d’un voyage unique, les pèlerins se racontent et vous racontent leur omra. Durant tout le mois de Ramadan, la parole est donnée aux pèlerins pour vous faire partager les récits de leur périple sur les lieux saints de l’islam. Témoignage de Farah, Lilloise de 31 ans. #Paroles2Pelerin #SafarMuslim

Comment avez-vous décidé de faire le voyage de la omra ?

Nous avions fait le Hajj en octobre 2012. En rentrant, très vite, nous avions ressenti le besoin d’y retourner. Et nous souhaitions notamment aller à Al Aqsa. La omra combiné Al Qods nous permettait de faire le pèlerinage sur les trois lieux saints de l’islam. Nous avons fait les démarches à partir de décembre et en avril 2013, nous voilà repartis pour la omra Al Qods, Médine, La Mecque alhamdulillah.

Lire la suite

Guides de omra et du hajj, une véritable vocation

cropped-kaaba_1.jpg
Les départs pour les omras de Ramadan et pour le Hajj ont une saveur particulière. Ils se déroulent durant des mois sacrés où les actes d’adorations sont décuplés, les invocations exaucées, et la foi d’autant plus renforcée que les mois de Ramadan et Dhul Hijja ont une place particulière dans le coeur du musulman. Ces voyages demandent un accompagnement spirituel fort afin que le pèlerin puisse être imprégné de la ferveur de ces moments et rester concentrer sur sa noble intention du voyage de la omra et du Hajj.

A ce titre, les guides sont des personnes essentielles. Ils ont la lourde tâche d’accompagner les pèlerins dans leur cheminement spirituel  en leur rappelant les piliers de la omra et du Hajj, en leur racontant la grande Histoire de l’islam et des prophètes qui s’est déroulée dans ses lieux saints de la Mecque et Médine. Ce sont eux aussi qui viennent enseigner et remémorer à nos coeurs oublieux, les douas à répéter à chaque étape du voyage.

Le guide est la pierre angulaire du voyage. Les pèlerins le savent mieux que quiconque. Au retour de leurs voyages, ils gardent souvent un lien fraternel avec leurs guides qui les a amenés pas à pas à travers la Mecque, Médine ou encore Al Qods et Istanbul. Il n’est pas rare qu’ils reçoivent un mot gentil pour les remercier.

A Safar Muslim, nos guides sont au nombre de trois : Abdelghani Benali, Taoufiq Mouhib et Hassan Aboulharjan. Nous souhaitons aujourd’hui leur rendre hommage pour leur investissement personnel et spirituel dans le bon déroulement de nos voyages.

Que Dieu agrée vos actes et vos intentions, qu’Il vous accorde Sa miséricorde et Son paradis.

BarakAllahoufikoum pour vos magnifiques sourires et votre joie partagée !

Nos guides avec la gagnante 2014 du concours Dessine-moi une kaaba

Nos guides à la Mecque avec Yasmina, la gagnante 2014 du concours Dessine-moi une kaaba

Malcom X, de retour de la Mecque, un récit poignant

Le 21 février 1965 était assassiné Malcom X,alias al-Hajj, Malik al-Shabazz, leader charismatique du mouvement noir aux Etats-Unis. Un an auparavant, en avril 1964, il effectuera le pélerinage à la Mecque. Véritable bouleversement de sa conception des Hommes, il revient en ayant découvert la fraternité de l’islam au-delà des couleurs de peau et des origine. L’agence Safar Muslim vous propose de découvrir son témoignage d’amour fraternelle aux musulmans du monde.

Avant d’écouter la lettre émouvante de Malcom X qui l’a écrite pour raconter son pélerinage, voici une interview réalisée au retour de son pélerinage aux médias américain : Malcolm X et La Mecque… par aziki

Dans cette vidéo, vous entendrez déclamer la lettre de Malcom X adressé à ses frères de Harlem :

« Jamais je n’ai connu d’hospitalité aussi sincère ni de fraternité aussi bouleversante que celles des hommes et des femmes de toutes races réunis sur cette vieille Terre Sainte, patrie d’Abraham, de Mohamed et des autres prophètes des Saintes Écritures.  Durant toute la semaine qui vient de passer, j’ai été à la fois interdit et charmé par la bonté et la gentillesse déployées, autour de moi, par des personnes de toutes les couleurs.

J’ai eu la chance de visiter la cité sainte de la Mecque, j’ai fait sept fois le tour de la Ka’aba, guidé par un jeune nommé Mohammed; j’ai bu l’eau du puits de Zam-Zam, j’ai fait sept fois l’aller-retour, en courant, entre les collines de Safa et Marwa.  J’ai prié dans l’ancienne cité de Mina et j’ai prié sur le Mont Arafat.

Il y avait des dizaines de milliers de pèlerins, qui étaient venus de partout à travers le monde.  Ils étaient de toutes les races, il y avait des blonds aux yeux bleus et des noirs africains.  Mais nous nous soumettions tous aux mêmes rituels, dans un esprit d’unité et de fraternité que mes expériences, aux États-Unis, m’avaient amené à croire impossible entre un Blanc et un Noir.

L’Amérique a besoin de comprendre l’islam, parce que c’est la seule religion qui ignore le racisme.  À travers mes voyages dans le monde musulman, j’ai rencontré, discuté et même mangé avec des gens que nous aurions considéré comme des Blancs, aux Etats-Unis – mais la mentalité du Blanc était absente de leur esprit et avait été remplacée par l’islam.  Jamais auparavant je n’avais vu une telle fraternité réunissant des gens de toutes les races.

Peut-être serez-vous renversés par ces mots, surtout venant de moi.  Mais ce que j’ai vu et vécu au cours de ce pèlerinage m’a obligé à réviser certaines idées qui étaient miennes, à rejeter certaines conclusions auxquelles j’étais parvenu.  Cela n’a d’ailleurs pas été très difficile.  Car en dépit de mes fermes convictions, j’ai toujours été un homme qui sait faire face à la réalité et qui l’accepte, qui aime vivre de nouvelles expériences et apprendre de nouvelles choses.  J’ai toujours gardé un esprit ouvert, ce qui est nécessaire à une flexibilité qui va de pair avec toute quête intelligente de la vérité.

Au cours de mes onze derniers jours, ici, dans le monde musulman, j’ai mangé dans le même plat, bu dans le même verre, dormi sur le même tapis et prié le même Dieu que mes frères musulmans aux yeux les plus bleus, aux cheveux les plus blonds et à la peau la plus blanche qui soient.  Dans leurs paroles comme dans leurs actes, les musulmans « blancs » sont aussi sincères que les musulmans « noirs » d’Afrique, qu’ils soient du Nigéria, du Soudan ou du Ghana.  Nous sommes véritablement frères. Parce qu’ils croient en un seul Dieu, ils excluent de leur esprit, de leurs actes et de leurs comportements toutes considérations raciales.

J’ai pensé, en les voyant, que si les Blancs américains admettaient l’Unicité de Dieu, ils pourraient peut-être admettre également l’unicité de l’homme et ils cesseraient de s’affronter, de nuire à autrui pour des raisons de couleur.

Le racisme étant le véritable cancer de l’Amérique, nos “chrétiens” blancs devraient se pencher sur la solution islamique du problème; solution qui a fait ses preuves, et qui pourrait peut-être intervenir à temps pour sauver l’Amérique d’une catastrophe imminente – celle-là même qui s’est abattue sur l’Allemagne raciste et qui a fini par détruire les Allemands eux-mêmes.

Chaque heure passée ici en Terre Sainte m’a permis de mieux comprendre le problème racial des États-Unis. On ne saurait blâmer le Noir pour son agressivité dans ce domaine : il ne fait que réagir à quatre siècles de racisme conscient de la part des Blancs.  Mais si le racisme mène l’Amérique au suicide, je crois que les jeunes Blancs de la nouvelle génération, ceux des universités, verront ce qui crève les yeux, et que nombre d’entre eux opteront pour la vérité spirituelle. C’est le seul moyen qu’ait encore l’Amérique d’éviter le désastre auquel mène inévitablement le racisme.

Jamais je n’ai été honoré comme ici. Jamais je ne me suis senti plus humble et plus digne. Qui aurait cru qu’un simple Noir américain serait comblé de tant de bénédictions.  Il y a quelques nuits de cela, un homme que l’on aurait appelé un « homme blanc », aux Etats-Unis, un diplomate de l’ONU, un ambassadeur, un ami des rois, m’a gracieusement cédé sa suite à l’hôtel, m’a donné son lit pour la nuit.  Jamais je n’aurais même rêvé d’être l’objet d’un pareil honneur, d’un honneur qui, aux Etats-Unis, aurait été réservé à un roi, et non à un Noir.

Louanges à Dieu, le Seigneur des mondes ! »

Sincèrement, al-Hajj, Malik al-Shabazz (Malcolm X)

En souvenir de notre frère Hajj Malik al-Shabbazz

Omra sur mesure : organiser votre Omra de A à Z

Omra sur mesure 2015 Safar MuslimL’appel de la Mecque se fait sentir en vous ?  Vous avez envie de voir la Kaa’ba, vous ressentez le besoin de prier à Masjid Nabawi. En ces temps d’épreuve et de difficultés, nos coeurs souhaitent goûter la saveur des lieux saints de l’Islam. Problème, votre agenda est plein, vos disponibilités sont serrées et vous avez envie de voyager seul avec votre votre famille et  pas forcément dans le cadre d’un groupe même si vous aimez de tout votre coeur vos frères et soeurs en islam. La solution qui vous conviendra, sans aucun doute est la formule Omra sur mesure. Directionlamecque.com vous explique comment ça marche avec l’agence Safar Muslim.

Lire la suite

De l’hôtel à l’esplanade des mosquées comme si vous y étiez

Après 5 heures d’attentes à la frontière entre la Jordanie et la Palestine, nos pèlerins et Baddre-Eddine du site Trouve Ta Mosquée déposent leurs bagages à l’hôtel et sans plus attendre se préparent pour enfin prier à la mosquée du Dôme du Rocher.

Grâce à une caméra subjective, suivez leurs pas depuis l’hôtel en parcourant Jérusalem jusqu’à l’esplanade des mosquées, comme si vous y étiez.

Traversé du pont Allenby vers la Palestine : témoignages

Hier, nos pèlerins ont traversé le pont Allenby qui permet de franchir le Jourdain, frontière entre la Jordanie et la Palestine. Voici quelques témoignages juste avant la traversé du pont. L’émotion est là et l’impatience aussi.