Histoire d’Al Quds – 3er partie

Al Quds

Avec la venue des Musulmans commence une nouvelle ère. Durant tout ce temps et depuis la conquête musulmane, Al Quds était connue sous le nom d’Aelia. Suite à la visite du calife abbasside Al Ma’moun en 216 H, elle prit le nom d’Al Quds. Le calife ordonna des travaux de restauration de la Mosquée du Dôme du Rocher.

En 217 de l’héjire, Al Ma’moun décida la mise en circulation de monnaie portant le nom d’Al Quds pour la première fois au lieu d’Aelia. Ce nom fut encore plus connu sous la période Ottomane avec l’ajout de la phrase : Al Quds Sharif (Jérusalem la Noble).

En 1099 les croisés occupent Al Quds
En 492 H (1099), date de la première Croisade, les croisés occupèrent Al Quds, y commirent destructions et pillages sans respecter le caractère saint et religieux de la ville. Des massacres furent perpétrés et la Mosquée Al Aqsa fut en partie transformée en église et en écurie pour leurs chevaux.

La Mosquée Al Aqsa fut en partie transformée en église et en écurie pour leurs chevaux.

Quatre-vingt-onze ans plus tard, en 583 H (le 2 octobre 1187) à la bataille de Hittine, Salaheddine Al Ayyoubi triomphe des croisés et entre triomphant à Al Quds. Cependant les croisés demeurèrent dans le reste de la Palestine jusqu’en 1291 où ils furent chassés par les Mamelouks.

Al Quds resta aux mains des Mamelouks jusqu’à ce qu’ils furent vaincus par les Ottomans lors de la bataille de Borj Dabeq en 1516. Ainsi, durant quatre siècles, Al Quds resta sous le règne des Ottomans jusqu’à ce qu’elle tombe entre les mais des Britanniques en 1917.

Le 14 mai 1948 : proclamation de l’Etat d’Israël
Le 2 novembre 1917, Balfour, le ministre britannique des Affaires étrangères, promet l’établissement d’un « foyer national juif » en Palestine. Des facilités sont alors accordées aux sionistes, ainsi que des armes et des munitions. Ces derniers lancèrent, dès le départ, leur politique de terreur et d’exode forcé du peuple Palestinien.

Le 14 mai 1948, les sionistes proclamèrent l’Etat d’Israël sur 79 % du territoire palestinien y compris la parte ouest de Jérusalem.
Quand à la partie est de la ville sainte et le reste des terres palestiniennes (Cisjordanie et la bande de Gaza), elles furent occupées au moment de la guerre des six jours en 1967.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *