La mosquée du Prophète vue de l’espace

L’astronaute britannique Tim Peaks, en mission dans l’espace à bord de la Station spatiale internationale prend le temps de prendre des photos. Il a par exemple envoyé des clichés du Grand Canyon aux États-Unis ou encore de l’île de Vancouver. Le 23 mai dernier, il a envoyé une photo de Médine, la ville de notre bien-aimé Prophète (saw).
On peut y voir Masjid Nabawi qui est la deuxième mosquée construite dans l’histoire de l’islam.

Sur le compte Flickr de Tim Peaks il est même possible de la télécharger gratuitement ainsi que ses autres photos.

Masjid Nabawi vue de l'espace

Credits: Tim Peake/ESA/NASA

Les bienfaits du mois de Chaaban

Image

L'importance du mois de Chaaban

Nous sommes entrés dans le mois de Chaaban depuis le 8 mai 2016. Une période importante qui rappelle que le mois de Ramadan sera bientôt à nos portes Insha’Allah.

Ce mois est un moment propice pour chaque musulman

 Le Prophète (saw) profitait de ce mois particuliers pour multiplier les jours de jeûne sans pour autant jeûner le mois entier. Il jeûnait surtout le lundi et le jeudi. C’est d’ailleurs ce que mentionne le compagnon Oussama ibn Zaïd dans le hadith suivant :

« Le Messager de Dieu (SAW) jeûnait certains jours d’affilés à tel point que nous pensions qu’il ne s’arrêtait jamais. Et il mangeait certains jours d’affilés à tel point qu’il ne jeûnait plus si ce n’est deux jours par semaine. Il les consacrait séparément au jeûne en dehors des périodes où il jeûnait. Il n’y a pas un mois où il se consacrait le plus au jeûne que pendant le mois de Chaâbane. Je lui posais la question à ce sujet : Cher Messager de Dieu! Tu te consacres au jeûne à tel point que tu ne le romps pratiquement plus. Et tu interromps le jeûne à tel point que tu ne t’y consacres presque plus, si ce n’est deux jours par semaine. (…) En effet, le lundi et le jeudi, les oeuvres sont exposées au Seigneur de l’univers, et j’aime être en état de jeûne lorsque mes oeuvres Lui sont exposées… Je ne te vois pas autant jeûner les autres mois que pendant celui de Chaaban. Il m’ a répondu : C’est un mois qui se trouve entre Rajab et Ramadan que beaucoup de gens négligent. Un mois durant lequel les actes sont présentés à Dieu, et je veille à ce que mes actes soient présentés à Dieu alors que je suis en état en jeûne »

Mois de Chaaban

Comment le Coran décrit la Kaaba ?

Kaaba

La Kaaba dans le Coran

Elle a une belle robe noire ou sont écrit des versets du Coran en fil d’or, sa forme et cubique et il n’y a pas un instant sans que des milliers de fidèles ne tournent autour d’elle pour glorifier Dieu. Son histoire est millénaire. Sa construction remonte aux prophètes Adam, Noé et enfin Ibrahim qui a été à l’origine de sa reconstruction avec son fils Ismaël. Vous l’avez devinez, il s’agit de la Kaaba que l’on traduit par « Maison sacrée ».

Seigneur ! j’ai établi une partie de ma descendance dans une vallée aride près de Ta maison sacrée (S15 V37)

La glorieuse Kaaba

Dans le Coran, la glorieuse Kaaba est aussi défini par le mot « Mathaba » qui signifie « pour le bénéfice des gens » . Ce mot provient du même mot qui signifie « vêtement », « Thiyab » en arabe, parce que comme les vêtements sont essentiels à nos vies, il en est de même de la Kaaba.  Chacun de nous espère, Insha’Allah, se retrouver face à elle durant le hajj ou pendant une omra et effectuer le tawaf tout invoquant Dieu.

Nous prîmes d’Abraham et Ismaël l’engagement de purifier ma Maison – La Kaaba – pour ceux qui accomplissent les circuits circulaires, se lèvent pour prier, s’inclinent et se prosternent. (S2 V125)

 

Pause méditative à la mosquée de Qouba

Le musulman rêvant de son voyage à La Mecque s’imagine souvent priant à la grande mosquée de La Mecque, faisant enfin face à la Kaâba vers laquelle il se tourne cinq fois par jour.

Sait-il cependant que la toute première mosquée construite par le prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) est celle de Qouba ? En plein hégire, émigrant de La Mecque vers Médine avec son compagnon et meilleur ami Abu Bakr (que Dieu l’agrée), le Prophète passa quatre jours dans la localité de Qouba, située alors à quelques kilomètres de Médine. La mosquée de Qouba est donc le premier lieu de prière à avoir été construit après la Révélation. Et la localité est aujourd’hui devenue un village presque accolé à l’agglomération médinoise.

Le pèlerin qui se rend dans les Lieux Saints de La Mecque et Médine fait donc également une brève halte à Qouba. Il effectue là deux unités de prières, qui selon les propos rapportés du Prophète (PBSL), équivalent à l’accomplissement d’une ‘omra (petit pèlerinage). Le Prophète (PBSL) se rendait pour sa part tous les samedis à la mosquée de Qouba pour y effectuer deux unités de prière.

Cette escale à la mosquée de Qouba est aussi l’occasion d’une petite pause propice à la méditation et au recueillement dans un environnement verdoyant. Car la localité est entourée de palmeraies et les producteurs de dattes y sont nombreux. Pour un achat de dattes réalisé directement auprès des cultivateurs, sans intermédiaires et donc moins cher que sur les marchés spécialisés de Médine, l’endroit est idéal.

Qouba reste dès lors une étape obligée sur le chemin de Médine. Un pur moment de relâche et de contemplation méditative.

Recueillement et ferveur à Uhud

L’excursion au mont Uhud fait partie des visites que le pèlerin effectue quand il arrive à Médine. Lieu emblématique à la charge émotionnelle forte, le mont Uhud se prête au recueillement mais aussi au rappel historique.

C’est en effet là, alors que se déroulait la seconde bataille de l’histoire de l’islam, que furent tué soixante-dix combattants musulmans. Parmi eux Hamza, l’oncle du prophète Muhammad (PBSL), tombé sous le coup de Wahchi, esclave recruté par Hind, l’épouse d’Abou Soufyan. La bataille eut lieu en l’an III de l’Hégire, et le Prophète (PBSL) y fut blessé.

Tout près du mont Uhud, se trouve le cimetière du même nom. Le pèlerin qui visite ce cimetière peut y saluer les martyrs tombés sur le champ de bataille et prier pour eux. Parmi ces martyrs, outre Hamza (que Dieu l’agrée), y sont enterrés des Compagnons tels que Mus’ab Ibn Umayr, ‘Amr Ibn Al Jamuh, Sa’d Ibn Ar-Rabi’, etc. Par contre, seule la tombe de Hamza est reconnaissable et indiquée, celles des autres Compagnons ne sont pas déterminées.

Cette visite sur les lieux de la bataille de Uhud est donc l’occasion pour les pèlerins, adultes comme enfants, de se rappeler l’histoire de ce douloureux affrontement et des erreurs commises ce jour-là par les archers ayant désobéi aux ordres et quitté leurs postes. Un rappel historique riche donc, plein d’enseignements et de leçons.

Cette sortie permet enfin au pèlerin de se recueillir et de se rappeler l’essentiel, d’autant plus que les lieux s’y prêtent bien. Dépouillés, arides, la plaine et le mont Uhud sont frappés par le soleil d’Arabie. Aucun palmier, aucune végétation n’y pousse, et les lieux sont chargés tant en histoire qu’en émotion.

Hajj et Omra : ces choses très pratiques à ne pas oublier

Vous partez très prochainement en pèlerinage et vous vous apprêtez à remplir votre valise ? Surtout, n’oubliez pas d’y glisser ces quelques éléments très pratiques !

LA VALISE

Oui c’est une évidence ! Qui partirait en voyage, et a fortiori en pèlerinage, sans bagage ! Surtout que la valise du pèlerin revient en général bien plus plein qu’à son départ (mais c’est un autre débat !).Notre conseil concerne plutôt votre choix de valise : dans la mesure dupossible, choisissez-la différente. La majorité des valises sont noires, rouges ou marrons ? Faites en sorte que la vôtre soit d’une couleur totalement différente, voire qu’elle affiche des motifs uniques ! Vous n’en aurez que plus de facilité à la repérer parmi la foule des bagages !

VETEMENTS/CHAUSSURES

Ne surchargez surtout pas votre valise en vêtements. Deux ou trois changes légers suffiront. Pour les chaussures, si vous êtes un homme, de bonnes sandales dans lesquelles vous serez à l’aise suffiront, et si vous êtes une femme, prenez une paire de chaussures (voire de baskets) très confortables. Sachez que les très longues marches font partie du pèlerinage. Pour les hommes, pensez à glisser un ihram de rechange dans votre valise, on ne sait jamais si vous salissez le vôtre.

SAC DE COUCHAGE

Vous aurez besoin d’un sac de couchage si vous effectuez le grand pèlerinage. A Mouzdalifa, vous passerez la nuit « à la belle étoile », et à Mina, votre sac de couchage vous servira à dormir sous les tentes. Sachez que les conditions y sont très spartiates.

QUELQUES LIVRES ET CARNETS

Emportez dans votre valise quelques ouvrages en format poche. Parmi eux, le Coran, un livre d’invocation (vous en aurez besoin le jour de Arafat), et un guide explicitant les rituels du pèlerinage. Vous pouvez aussi, si vous préférez ce format, les télécharger sur d’autres supports comme une tablette ou un smartphone. Le pèlerinage étant une expérience unique, pensez donc à en garder quelques traces écrites. Pour cela, glissez un ou deux carnets et des stylos pour pouvoir tenir un journal quotidien.

UN PETIT SAC A PORTER EN BANDOULIERE

Lors du déplacement de Mina vers Arafat, on vous demandera de laisser vos bagages et de ne prendre qu’un petit sac avec vos essentiels pour la journée.

Vous le verrez, le pèlerinage demande une organisation rigoureuse et claire. Préparez-vous-y sereinement !

Paroles de pèlerins : la Omra de Soulaymane

Soulaymane à Médine

Soulaymane à Médine

Au départ ou au retour d’un voyage unique, les pèlerins se racontent et vous racontent leur omra. Durant tout le mois de Ramadan, la parole est donnée aux pèlerins pour vous faire partager les récits de leur périple sur les lieux saints de l’islam. Témoignage de Soulaymane (Stéphane). #Paroles2Pelerins #SafarMuslim

Comment avez-vous décidé de faire le voyage de la omra ?

Tout commence par ma reconversion à l’islam à l’âge de 15 ans. J’ai 30 ans aujourd’hui. Avant de devenir musulman, adolescent, j’allais en famille dans un restaurant marocain et systématiquement je m’asseyais face à un grand cadre avec une photo de la Mecque, à l’époque je ne savais pas pourquoi, maintenant, je sais. 

Mais avant d’aller en Omra  je voulais comme beaucoup disent, « être prêt »spirituellement pour être à la hauteur de ce rendez-vous. Je souhaitais également le faire rapidement et aller en repérage pour y emmener un jour, in sha Allah, ma famille, mais par-dessus tout je voulais aller me laver de tous mes péchés, renaître, et démarrer une nouvelle vie encore plus pieuse.

Lire la suite

Paroles de pèlerins : la omra de Farah

Farah raconte sa Omra Al Qods

Au départ ou au retour d’un voyage unique, les pèlerins se racontent et vous racontent leur omra. Durant tout le mois de Ramadan, la parole est donnée aux pèlerins pour vous faire partager les récits de leur périple sur les lieux saints de l’islam. Témoignage de Farah, Lilloise de 31 ans. #Paroles2Pelerin #SafarMuslim

Comment avez-vous décidé de faire le voyage de la omra ?

Nous avions fait le Hajj en octobre 2012. En rentrant, très vite, nous avions ressenti le besoin d’y retourner. Et nous souhaitions notamment aller à Al Aqsa. La omra combiné Al Qods nous permettait de faire le pèlerinage sur les trois lieux saints de l’islam. Nous avons fait les démarches à partir de décembre et en avril 2013, nous voilà repartis pour la omra Al Qods, Médine, La Mecque alhamdulillah.

Lire la suite

Paroles de pèlerins : la omra de Youssef

Au départ ou au retour d’un voyage unique, les pèlerins se racontent et vous racontent leur Omra. Durant tout le mois de Ramadan, la parole est donnée aux pèlerins pour vous faire partager les récits de leur périple sur les lieux saints de l’islam. Premier témoignage, celui de Youssef.  #Paroles2Pelerin #SafarMuslim

Comment avez-vous décidé de faire le voyage de la omra ?

Profitant des vacances d’été, régulièrement je me rendais à la mosquée pour effectuer la prière du Fajr, ce que je n’avais jamais eu l’habitude de faire. Peu de personnes étaient présentes dans la mosquée, ce qui m’a permis de me rendre compte du privilège de réaliser cette prière en groupe. Alhamdoulillah, j’étais très heureux d’accomplir cette prière et avais la sensation de commencer à m’améliorer en mon for intérieur. Puis un jour, au retour de la prière du Fajr, l’idée de me rendre à La Mecque, me traversa l’esprit quelques secondes. Mais je l’ai rapidement sortie de ma tête en me disant en souriant que je ne le méritais pas que “c’était beaucoup trop pour moi”.

Six mois plus tard, je faisais ma prière au sein de la Mosquée bénie d’Al Aqsa (à Al Qods/Jérusalem) puis à la Mosquée du Prophète (paix et bénédiction sur lui) de Médine et enfin j’effectuais la Omra à La Mecque.

Lire la suite